Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 21:29

vent--a-s.JPG

 

Vieux vin, sors de ton cachot,

Le vent siffle, siffle, siffle,

Et fais-moi le cœur tout chaud !

Morsure, et piqûre, et gifle,

Le vent siffle, siffle, siffle.

 

Vin joyeux comme un printemps,

Le vent souffle, souffle, souffle,

Fais chanter mes quarante ans !

L'hiver est un vieux maroufle ;

Le vent souffle, souffle, souffle.

 

Si tu veux, saute au plafond,

Le vent cingle, cingle, cingle,

Mais remplis mon cœur profond !

Acéré comme une épingle,

Le vent cingle, cingle, cingle.

 

Tous, ce soir, nous serons soûls,

Le vent beugle, beugle, beugle,

Et nous jetterons deux sous

A l'Amour, ce vieil aveugle ;

Le vent beugle, beugle, beugle !

  

 

Maurice Bouchor

 

 

 

 

[Vive la poésie ! Voici Bouchor, encor. Le blog "Lire à Vouvray" essaie de redonner une place à ce poète injustement oublié. Très récemment, vous y  avez lu le billet intitulé "L'hiver". La note qui l'accompagne dit (presque) tout. Ne manquez pas de suivre les liens. Lisez aussi le billet sur le poème "Amour évanoui" et perdez-vous dans la fractale.

Aujourd'hui, nous avons une chanson à boire pour ces jours de froidure (et de fête). Ce poème est paru chez Charpentier en 1874 dans le recueil appelé "Les chansons joyeuses". L'auteur avait 19 ans. On interprètera comme on veut le troisième vers de la deuxième strophe… Est-ce de l'optimisme devant l'avenir ? Ou l'arithmétique de l'amour (20 x 2 = 40) ?

Dans un autre poème du même recueil, Bouchor présente le vin comme un consolateur :

Bois encor, bois toujours. Quoi qu'en dise le monde,

On trouve le bonheur dans la coupe profonde ;

On y trouve l'oubli de tous les maux soufferts,

Et le bonheur n'est rien que l'oubli.

Dans le poème déjà cité, L'hiver, que vous trouverez facilement sur le blog, Maurice Bouchor dit qu'on peut s'enfermer, rester bien au chaud et faire l'amour (Nous nous rapprochons, nous nous aimons mieux…).

On peut aussi vider quelques bouteilles, c'est un autre abandon qui n'exclut pas celui dont on vient de parler.]

Partager cet article

Repost 0

commentaires