Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 08:47

lilas--b.jpg

 

Le temps des lilas et le temps des roses

Ne reviendra plus à ce printemps-ci ;

Le temps des lilas et le temps des roses

Est passé, le temps des œillets aussi.

 

Le vent a changé, les cieux sont moroses,

Et nous n'irons plus courir, et cueillir

Les lilas en fleurs et les belles roses ;

Le printemps est triste et ne peut fleurir.

 

O joyeux et doux printemps de l'année

Qui vint, l'an passé, nous ensoleiller,

Notre fleur d'amour est si bien fânée,

Las ! que ton baiser ne peut l'éveiller.

 

Et toi, que fais-tu ? Pas de fleurs écloses,

Pas de gai soleil, ni d'ombrage frais.

Le temps des lilas et le temps des roses

Avec notre amour est mort à jamais.

 

 

Maurice Bouchor

Les Poèmes de l’Amour et de la Mer

Charpentier, Paris, 1876

 

 

Le recueil Les poèmes de l'amour et de la mer se trouve dans le Choix de poésies (1871-1883) proposé par Gallica, le poème Le temps des lilas et le temps des roses… est dans la section La mort de l'amour, n°15, pp. 111-112.

En 1876, Maurice Bouchor avait 21 ans. Vous en saurez plus sur cet écrivain oublié à tort, en lisant le billet qui lui est consacré dans le blog Autour de Charles Bordes du 21 août 2011 ; ces lignes sont du même auteur. Comme vous le verrez, plusieurs pages sur Internet parlent de Maurice Bouchor. Attention aux propos condescendants. Le poète était un défenseur de l'enseignement public et il y a consacré sa vie. On lui en veut toujours.

Plusieurs textes de Maurice Bouchor ont été mis en musique, notamment le poème Le temps des lilas et le temps des roses… Si vous consultez la partothèque du Centre international de la Mélodie Française, vous verrez que Charles Bordes (en 1883), Isaac de Camondo (date non connue) et Ernest Massenet (en 1886) ont écrit des mélodies sur ce texte. Celle de Massenet est bien connue. Vous pouvez en écouter une interprétation par Philippe Jaroussky (2009) ou bien celle, plus classique, par Gérard Souzay.

Il y a autour de cette mélodie, un aspect pipol (=people) ; lisez le billet qui en parle dans le blog "Autour de Charles Bordes". Vous ne serez pas surpris de trouver cette image, pour finir ; c'est une représentation de la fractale appelée "ensemble de Julia". L'itération a mis fin à la malédiction.


Fractales, ensemble de Julia, b

Partager cet article

Repost 0

commentaires