Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 12:08

Le 3 mars 2013 la bibliothèque de Vouvray a, une fois de plus, accueilli une séance des 1 000 lectures d’hiver et ce, pour notre plus grand plaisir. Cet après-midi là une trentaine de personnes dont Louis Poitrenaud, poète chansonnier bien connu,

mlh-Rosenthal-cl-2.JPG

sont venues écouter le comédien Franck Mas

mlh Rosenthal cl

qui nous a lu un extrait d’un livre d'Olivia Rosenthal

mlh-Rosenthal.jpg

« Ils ne sont pour rien dans nos larmes ». Ce livre paru en 2012  a été précédé par « Que font les rennes après Noël ? » que les auditeurs de France Inter ont fort apprécié puisque le jury lui a décerné le Prix du Livre Inter 2011.

Franck Mas a su nous faire pénétrer dans l'atmophère si particulière de l'écriture de cet écrivain. Le livre est construit sur le témoignage de personnes marquées par un film (Vertigo , l'Arbre aux sabots, etc). Par ailleurs Olivia Rosenthal a écrit et joué un court métrage  sur le même sujet (épilogue du livre "Les Larmes" à propos des Parapluies de Cherbourg). 

Cette lecture s'est terminée par les discussions animées entre le lecteur et les auditeurs, discussions qui se sont poursuivies autour de la table, un verre à la main (comme il se doit à Vouvray).

Ce fut un bel après-midi, réconfort pour les bénévoles qui ont oeuvré pour que tout se passe le mieux possible.

d'après Claudine

Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 16:39

 

chat--a--Vandrezane--Paris-13e--sept-10-.jpg

Repost 0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 17:13

Dimanche 27 Janvier, la Bibliothèque de Vouvray a reçu les Mille Lectures d'Hiver, mises en place par la région Centre.

Pour écouter Emilie Beauvais lire Home de Toni Morrison,

Home--AS-005.JPG

 environ vingt  personnes se sont retrouvées à la salle des Fêtes.

Home--AS-003.JPG

Dans Home on découvre un ancien de la guerre de Corée, Frank Money, qui part au secours de sa soeur Cee victime d'expériences médicales clandestines et retourne avec elle à Lotus, Ohio, village de leur enfance, sous un soleil de feu, au milieu des champs de coton. Là, ils vont se reconstruire. Elle, avec l'aide des femmes du village, va retrouver la santé ; lui va entreprendre de gommer un souvenir d'enfance atroce qui le hante.

Home--MLH-27-janv-13--Toni-Morrison--Gawker.jpg

Toni Morrison, vieille dame de 81 ans, universitaire, éditrice de littérature afro-américaine, prix Nobel de littérature en 1993, évoque dans ce court mais dense roman tous les thèmes qui parcourent son oeuvre :  la pauvreté, la ségrégation, la violence des rapports entre Blancs et Noirs (Frank et Cee sont Afro-américains, bien que cela ne soit jamais écrit dans le texte).

La discussion sur le roman et sur le contexte du Sud des Etats Unis à l'époque du Maccartisme, du Ku Klux Klan et de la ségrégation, s'est poursuivie, agrémentée par de bonnes choses à boire et à grignoter.

Cinq romans de Toni Morrison sont à la disposition des lecteurs à la Bibliothèque Municipale.

 

André   

 

[Sur Toni Morrison, on peut lire la notice (en français) dans Wikipédia, et celle de Wikipedia (en anglais). Dans cette langue, on lira l’entretien qu’elle a donné à The Paris Review ou récemment en français dans psychologies.com, où elle parle de son roman Home.]Home, Toni Morrison, Psychologie.com, 12

Repost 0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 19:04

AG--B--0931.JPG

 

AG--B--0934.JPG

 

AG--M--036.JPG

 

Hier, mardi 15 janvier, s'est tenue à 20h30 l'Assemblée Générale (AG) de l'Association Lire à Vouvray (ALV) qui gère la Bibliothèque de la commune, dite BMV (c-à-d Bibliothèque Municipale de Vouvray).

C'était au rez-de-chaussée de la salle des fêtes de la mairie. Au début, arrivaient parfois des airs balbutiants de la chorale, qui répétait au 1er étage, autour du piano, sous les poutres. [Photos Maryline et Bernard.]

 

AG--M--045.JPG

 

AG--M--049.JPG

Cette AG revêtait une importance particulière du fait du départ du Bureau  de Colette et de Bernard.

Le contenu convenu de toute AG a été respecté, mais il était chargé d'émotion. Colette, Présidente, a donc présenté le rapport moral avec un utile rappel de l'histoire et même de la préhistoire de l'ALV. Elle a parlé de la PBPP du début en avril 2002 ( j'allais oublier, = Petite Bibliothèque Précaire et Provisoire), de la Convention avec la Mairie (octobre 2002), difficilement négociée, de la BMV à l'ancien éco-musée, rue Victor Hérault, non loin de la Croix Buisée, puis au n° 3 place Balzac (Honoré de). Les relations parfois difficiles avec la Mairie n'ont pas été esquivées. Certes, la Bibliothèque municipale figure chaque année au budget communal par deux lignes dont 3000 Euros pour l'acquisition des livres, mais nous avons aussi la triste situation actuelle : 15 m2 pour les enfants, une extension hypothétique sur un n° 5 encombré, l'absence d'emploi de bibliothécaire professionnel alors que cela avait été évoqué dès la Convention.

Le rapport moral a ensuite évoqué la vie de la BMV en 2012, plus brièvement, car les adhérents sont bien informés par les compte-rendus de réunions (notamment avec la Mairie). Bernard signale que le bulletin Quoi de neuf et le blog (74 billets en 2012, 4 en 2013) donnent à tous une image de la BMV, ainsi que le tableau brossé par Christine dans L'écho vouvrillon de janvier.

Le rapport moral a été adopté à l'unanimité moins 2 abstentions.

Claudine a ensuite détaillé le rapport financier, lui aussi adopté à l'unanimité.

Puis le nouveau CA (Conseil d'Administration) a été formé. Bernard est sorti du tiers sortant, Françoise y est entrée, Colette y demeurant mais précisant bien qu'elle ne voulait prendre aucune responsabilité. Ce tiers a été mis aux voix et élu.

Des agapes ont suivi et permis à chacun de reprendre son souffle et à certains de prendre congé.

 

AG--B--0941.JPG

Cependant, la constitution du nouveau Bureau (que le CA doit choisir, c'est la loi) a été particulièrement laborieuse. Le lecteur n'est pas surpris devant la vie difficile des associations. C'est facile de se reposer sur les bonnes volontés. Heureusement, tout métier s'apprend. Finalement ce CA a accouché d'un Bureau avec André comme Président, Denise comme Vice Présidente, Christine Secrétaire, Gisèle Secrétaire adjointe, Claudine Trésorière et Cécile Trésorière adjointe.

L'heure tardive (minuit) et la fatigue ont abrégé la fin de cette AG : perspectives pour 2013 et questions diverses restent floues.

Un compte-rendu détaillé sera prochainement envoyé aux adhérents.

Tables repliées et rangées, chaises empilées, la salle a retrouvé silence et vide à minuit passé.

L'Association Lire à Vouvray continue.

Comme l'écrivait Machado :

caminante, no hay camino,  [toi qui marches, il n'existe pas de chemin,]
se hace camino al andar.  [le chemin se fait en marchant.]

 

AG--B--0947.JPG

 

AG--B--0951.JPG

 

[Nul n'est irremplaçable. Le Rédacteur de ce blog arrête. Un autre viendra. En attendant, des chats (felis catus) viendront empêcher la pub. Au revoir. Bernard Cassaigne]

Repost 0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 14:10

La lente Loire passe altière et, d'île en île,
Noue et dénoue, au loin, son bleu ruban moiré ;
La plaine mollement la suit, de ville en ville,
Le long des gais coteaux de vigne et de forêt ;


Elle mire orgueilleuse aux orfrois de sa traîne
Le pacifique arroi de mille peupliers,
Et sourit doucement à tout ce beau domaine
De treilles, de moissons, de fleurs et d'espaliers…


Ce jardin fut le nôtre ; un peu de temps encor,
Ta douce main tendue en cueillera les roses ;
J'ai regardé fleurir dans sa lumière d'or
La fine majesté des plus naïves choses :

Les reines ont passé -  voici la royauté
Des Lys, que leur blason au parterre eût ravie,
Et voici  fraîche encor d'éternelle beauté
La frêle fleur éclose à l'Arbre de la Vie.

 

 Francis Vielé-Griffin

 

 

 [Ce poème a été publié par Francis Vielé-Griffin dans le recueil La Clarté de Vie par le Mercure de France en 1897.

 

Viele-Griffin--La-clarte-de-vie--W-.JPG

C'est le premier texte des "Chansons à l'ombre", pp. 9-10. On le trouve ici et là sur Internet avec des fautes mineures répétées par la pratique du copier/coller. En principe il est ici tel que l'auteur l'avait voulu. Ceux de nos lecteurs qui se poseraient des questions sur le mot orfrois (vers 5) sauront qu'il s'agit de broderies, souvent sur des vêtements ecclésiastiques, et que le mot arroi (vers 6) évoque l'apparat, si cela peut calmer leur désarroi.

Au début du livre La Clarté de Vie, on trouve cette dédicace, que l'auteur signe de ses initiales : "Au printemps de Touraine, son hôte ébloui et reconnaissant." C'est qu'il y vivait : au château de la Thomasserie à Vallières-les-Grandes (Loir et Cher), de 1914 à 1926, non loin d'Amboise. Auparavant, de 1887 à 1896, il avait habité le chàteau de Nazelles. (Ce château est aujourd'hui transformé en hôtel et on peut dormir dans la chambre du poète. Voyez l'historique et écoutez les  Soirées de Nazelles de Francis Poulenc.)

Plus tard, il suivit l'Amasse et alla vivre rue de la Concorde à Amboise.

Sur Vielé-Griffin, lisez la notice Wikipédia. On peut aussi consulter le texte de la causerie "Francis Vielé-Griffin (1863 - 1937), poète de la Loire" faite en août 2000 par Catherine Réault-Crosnier. Les citations sont nombreuses et utiles.

Le portrait par Jean Veber le montre en 1898, à l'époque de la lente Loire…]

 

Viele-Griffin--1898--Jean-Veber--W-.jpg

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 22:34

Après la séance du mardi 8 janvier, les bibliothécaires se sont réunis et ont mangé la galette.

Les couronnes étaient très belles, mais personne n'a voulu les porter : la démocratie a régné.

Et quel régal !

 

Livou-3-0830.JPG

 

Livou-3-0831.JPG

 

Livou-3-0837.JPG

 

Livou-3-0838.JPG

Repost 0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 15:57

Loyre fameux, qui ta petite Source
Enfles de maintz gros fleuves, et Ruysseaux,
Et qui de loing coules tes cleres Eaux
En l’Ocean d’une assez lente Course.

Ton chef Royal hardiment bien hault pousse
Et aparoy entre tous les plus beaux,
Comme un Thaureau sur les menuz Troupeaux,
Quoy que le Pô envieux s’en courrousse.

Commande doncq’ aux gentilles Naiades
Sortir dehors leurs beaux Palaiz humides
Avecques toy, leur Fleuve Paternel,

                   Pour saluer de joyeuses Aubades
                   Celle qui t’a, et tes Filles liquides
                   Deifié de ce bruyt eternel.

 

                   Joachim du Bellay

 

 

[Le sonnet Loire fameux… provient de L'Olive (sonnet III), le premier recueil de Du Bellay (1549).

 

JDB, L'Olive, 1549, Bibliothèque de Tours

Le poète connaissait le sonnet 208 dans le Canzionere où Pétrarque chante aussi un fleuve et son amour :

Rapido fiume che d’alpestra vena
rodendo intorno, onde ’l tuo nome prendi,
notte et dí meco disïoso scendi
ov’Amor me, te sol Natura mena,
vattene innanzi: il tuo corso non frena
né stanchezza né sonno; et pria che rendi
suo dritto al mar, fiso u’ si mostri attendi
l’erba piú verde, et l’aria piú serena.
Ivi è quel nostro vivo et dolce sole,
ch’addorna e ’nfiora la tua riva manca:
forse (o che spero?) e ’l mio tardar le dole.
Basciale ’l piede, o la man bella et bianca;
dille, e ’l basciar sie ’nvece di parole:
Lo spirto è pronto, ma la carne è stanca.

Si vous voulez, en cliquant ici, vous pouvez regarder le fleuve Loire, ses affluents, son bassin.

 

JDB, Loire

Joachim du Bellay n'est pas un inconnu. Regardez toutefois la notice Wikipédia et puis surfez.

Le poème "Loire fameux…" est chanté ici sur une musique de Pierre Ortion, interprété par le groupe Thé Esse Bé le 19 septembre 2011 à Champtoceaux (49). Peut-être aimerez-vous entendre, par le même groupe, le poème de Joachim du Bellay "Le vanneur de blé au vent" ; il suffit de cliquer ici.]

Repost 0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 09:33

Pour s’affirmer expert en ses travaux,
Qu’on soit poète ou marchand de fécule,
Certain précepte, et non des plus nouveaux,
Dit : faut peiner de l’aube au crépuscule,
Durant l’hiver, pendant la canicule,
Et honni soit le flemmard fanfaron
Qui devant l’âpre et dur labeur recule :
C’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Le coryza gêne-t-il vos cerveaux,
Et, dégouttant de façon ridicule,
Vos nez sont-ils comme les nez des veaux ?
Faut vous moucher. – Aussitôt s’articule
A votre épaule une aile minuscule
Et, réduit à la taille d’un ciron,
En voltigeant dans les airs on circule :
C’est en mouchant qu’on devient moucheron.

Souhaitez-vous, des athlètes rivaux,
De vous montrer plus robustes qu’Hercule ?
Jalousez-vous la force des chevaux ?
Faut vous percher sur quelque monticule.
Muni soudain d’un poitrail majuscule
Et d’un fessier gros comme un potiron
On peut traîner le plus lourd véhicule.
C’est en perchant qu’on devient percheron.


Envoi

Lis donc ces vers, Prince, principicule,
Comte, marquis, duc, vidame ou baron.
En renonçant on devient renoncule.
C’est en lisant qu’on devient liseron.



Lucien Métivet

 

 

[Le site du Printemps des Poètes propose, dans sa section "Passeurs de poèmes" (où, comme on sait, "Ces textes sont libres de droits excepté pour tout usage commercial.") cette Ballade de l'invitation au travail, de Lucie ou Lucien Métivet (cette incertitude sur le genre, due au susdit Printemps, va être très vite levée…).  A l'époque où sont en gestation les bonnes résolutions, quoi de mieux que ce poème, dans son principe : l'invitation au travail n'est-elle pas la devise des bibliothécaires ? En outre, le dernier vers de l'envoi n'évoque-t-il rien à Vouvray ? et ailleurs, ô convolvulus ?

Dire que certains ne voient ici que des vers de mirliton ! Lisez un peu ce billet picard.

En lisant jusqu'au bout la fiche de cette ballade, on trouve que le texte est tiré de l'anthologie "L'humour 1900" (J'ai lu, éditions Ditis, Flammarion, 1963) et que, chez le Printemps des Poètes, il est dans l'édition 2009 pour le thème "Poèmes sur le(s) rire(s).

Essayons d'en savoir plus ; Google est là pour ça. Par le ying, la pratique du froid googling nous mènera à la chaleur du yang.

Lucien Métivet (ouais, c'est un mec, 1863-1932) a un peu écrit, mais c'était surtout un illustrateur ; on lui doit de nombreux dessins, pour Maupassant (par exemple Clair de lune en 1905), George Fourest ("tatouages" sur la Négresse blonde), Paul d'Ivoi (Les Cinq sous de Lavarède, édition de 1894, à voir sur Gallica), Édouard Drumond (pouah !), Pierre Louys (Les aventures du Roi Pausole chez Fasquelle en 1923), etc. Il a collaboré à des revues ; regardons ce dessin, généreusement mis à la disposition de tous par Wikipédia.


Metivet--Le-Rire--23-mai-1896--W-copie-1.JPG

On peut, pour terminer ce billet, rêver aux vacances avec cette affiche, proposée par Gallica, conçue par Lucien Métivet en 1907 ;

 

Metivet--Martigny-1907--Gallica.JPG

mais il convient mieux à un bibliothécaire d'évoquer un livre. Voici l'affiche réalisée en 1890 par Lucien Métivet pour des représentations de Cyrano de Bergerac.]

 

Metivet--Cyrano--1890--Gallica.JPG

Repost 0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 09:29

Noël ! Noël ! Le ciel sans bruit

Sur le chaume et la tuile épanche

En lents flocons sa neige blanche.

Les cloches sonnent dans la nuit !

Le froid fait craquer l'arbre et fait fendre les roches.

Noël !

Sonnez, cloches,

Dans le ciel !

 

Petits enfants qui sommeillez,

Que l'espoir dans un rêve agite,

Cette nuit, quelqu'un vous visite

Et garnit vos petits souliers.

Combien sont sans souliers, bottines ni galoches !

Noël !

Sonnez, cloches,

Dans le ciel !

 

Vous trouverez de beaux cadeaux,

En ouvrant demain la paupière :

Jouets brillant à la lumière,

Beaux livres, bonbons et gâteaux.

Combien sont sans jouets, sans bonbons ni brioches !

Noël !

Sonnez, cloches,

Dans le ciel !

 

Le ciel est froid, l'air ténébreux.

Petits rois et petites reines,

Enfants, si fier de vos étrennes,

N'oubliez pas les malheureux !

Enfants, ouvrez les mains ! Enfants, videz vos poches !

Noël !

Sonnez, cloches,

Dans le ciel !

 

 Marc Legrand

 

della-Robbia--Luca--b3--Cantoria--detail.jpg

 

 [Cette chanson, écrite par Marc Legrand (1865-1908) a été mise en musique par Charles Bordes et se trouve dans le recueil L'âme enfantine, 50 chansons pour les écoles (1897). On trouvera quelques informations supplémentaires sur Marc Legrand dans le blog Autour de Charles Bordes, billet Noël ! (logique, non ?).]

Repost 0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 23:11

Les bibliothécaires viennent de se réunir pour établir le calendrier des permanences. Des nouvelles ont été échangées, beaucoup sont tristes, peu sont réjouissantes. Et pourtant, on a avancé. On a fait un peu les pitres, bientôt ce sont les fêtes, puis il y a la galette, l'AG, etc. et au-delà les vacances de février.

Brumes dans le lointain, mais les séances de bibliothèque ont trouvé des titulaires jusqu'au 5 mars. Prochaine réunion et ainsi de suite…

Voici quelques photos de la réunion de ce soir.

 

Livou-3-0642.JPG

 

Livou-3-0647.JPG

 

Livou-3-0649.JPG

 

Livou-3-0651.JPG

 

Livou-3-0652.JPG

Si la vie de la Bibliothèque n'était faite que de ça, comme ce serait simple !

Repost 0