Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 20:51
Vous trouverez partout des descriptions du fonctionnement des "Mille Lectures d'Hiver", sur la NR et ailleurs.

Elles ont un grand succès car elles répondent à un besoin : faire connaître un livre inconnu de la plupart des lecteurs, et chez nous, bibliothèque, ces "Mille Lectures d'Hiver" ouvrent des portes.


IMG_3636.JPG

Vendredi 28 janvier à 18 heures, le comédien Guy Frédéric Schwitthal a lu des extraits de A quoi rêvent les loups de Yasmina Khadra.

Ce livre apporte quelques réponses à notre horreur et notre incompréhension devant le phénomène terroriste. Naja, le héros du roman, un beau gosse, pourraît vivre heureux en ce monde, mais la corruption lui en est insupportable.

Dans le roman, une description, expressionniste par sa violence, de la kasbah d'Alger est édifiante. Ce quartier porte dans sa décomposition un ferment d'explosion.

La solution de Naja est la mort, et d'abord celle qu'on donne, et le roman nous montre comment il y arrive. Il rêve à un monde meilleur, et des réponses simplistes lui en promettent un accès immédiat : en tuant les corrompus, il nettoie cette terre. En se sacrifiant, il accède à la perfection. Le problème c'est qu'il tue aussi ceux qui ne pensent pas comme lui, qui sont différents. Or le monde où nous vivons est de plus en plus un monde de différences.

Guy Frédéric Schwitthal a lu des passages qui montrent la séduction d'une certaine religion, visiblement hypocrite et tartuffesque, mais qui console et promet un monde meilleur. On sent comment Naja est progressivement conduit au rejet de ce monde et à la violence.

La conclusion du récit est donnée dès le début : nous savons où il va ; l'essentiel du livre est un flashback. Le point de vue du narrateur nous est donné, et aussi celui de Naja qui parle et pense à la première personne.

Au-delà du roman, malgré la force de son réalisme, nous sommes amenés à relativiser et à nous poser des questions : des situations extrêmes ont aussi existé et existent dans d'autres cultures. Car il y a une dimension universelle de la lutte, du kamikase au résistant. Pour combattre ce qui était perçu comme une injustice, à la recherche d'un paradis, certains ont pu aller jusqu'au sacrifice. Et sur la violence nous savons depuis Brecht que le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde (Der Schoß ist fruchtbar noch, aus dem das kroch).

Par ailleurs, le mépris envers les femmes, abondamment décrit dans A quoi rêvent les loups, existe dans d'autres cultures, et ne peut être réduit que par un combat constant.

 

La lecture de Guy Frédéric Schwitthal a eu un grand succès auprès des auditeurs.


IMG 3638

 


Elle s'est prolongée tard, jusqu'à 22h30, par une présentation de l'œuvre de Yasmina Khadra et une discussion sur le roman, agrémentée ensuite par de bonnes choses à boire et à grignoter.

 

Une telle lecture est l'aboutissement de beaucoup de travail. Si nous pensons à ce que fait "Livre au Centre" et la Région Centre derrière, voilà de l'argent public bien utilisé.

 

La bibliothèque vous propose actuellement trois livres de Yasmina Khadra :

A quoi rêvent les loups (1999), L'attentat (2005), Les sirènes de Bagdad (2006). D'autres, notamment les livres autobiographiques, feront partie de notre prochaine commande.

Partager cet article

Repost 0

commentaires