Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 23:26

J.D. Salinger, silencieux, est parti. Nous n'allons pas ici, en proposer une nouvelle lecture. Voyez ce qu'en disait, le 29 janvier, Assouline dans  La république des livres.

Le livre The Catcher in the Rye est lu depuis 1951 ; la traduction française, L'attrape-cœurs, d'abord de Sébastien Japrisot (1953) puis d'Annie Saumont (1986) est à la BMV. Ce fut aussitôt un classique, que fréquentaient les étudiants américains, mis au programme de l'agrégation d'anglais en 1967.

 

Holden Caulfield, le héros, a déjà une mèche de cheveux blancs :

Sur un côté de ma tête – le côté droit – y a des millions de cheveux blancs. Je les ai depuis que je suis môme. Et pourtant j'agis quelquefois comme si j'avais dans les 12 ans ; tout le monde le dit…

Cela lui permet d'affirmer son indépendance, mais ne l'empêche pas d'avoir de gros problèmes. Par exemple Maurice, le souteneur, sait lui extorquer son argent. Mais Holden Caulfield a cette lucidité qui lui fait voir que bien des gens sont des phonies (faux jetons).

On peut imaginer ses cheveux tout blancs aujourd'hui. Mais sa jeunesse reste. Il refuse de se plier aux conventions et aux convenances. Quel exemple !

 

Sur Salinger, il y a beaucoup à lire. Voyez ici et , et là encore. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires