Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 20:11

Nous avons accueilli Thierry Debuyser à la BMV pour nous lire, dans le cadre des Mille Lectures d'Hiver, Dernière lettre à Théo de Metin Arditi. Le comédien nous a présenté, de façon vibrante et intériorisée, une vision de Vincent van Gogh. Avant sa mort prévue comme un suicide camouflé en accident, le peintre écrit à son frère Théo. Sa correspondance est abondante, plus de 600 lettres adressées à son frère, et ce que nous savons de sa vie en provient.
Mais ici il s'agit d'une lettre qu'il n'aurait pas pu écrire. Metin Arditi a voulu que ces lignes fiévreuses parlent de toute une vie. C'est un bilan qui fait revivre, comme au théâtre, les scènes clés de la vie du peintre, son amour soudain pour sa cousine Kee, ou l'épisode célèbre de l'oreille coupée.
Constamment, les objets, les éléments du paysage, sont définis par leur couleur. Metin Arditi exprime parfaitement la vision du monde que pouvait avoir l'oeil du peintre.
Certains épisodes sont plausibles mais non attestés, comme la corrida, avec ce mélange chromatique du sang de l'animal et du jaune des arènes ; l'oreille coupée, qui marque la victoire du toréro, annonce évidemment le geste de Vincent van Gogh et l'offrande de son oreille à la prostituée Rachel.
Les tableaux du peintre sont évoqués : la Vigne rouge, la seule toile vendue de son vivant, et les Corbeaux dans les blés, tableau d'Auvers-sur-Oise. Celui où le peintre, tremblant mais peintre avant tout, fait le portrait de Marguerite, nue jusqu'à la taille et désirable. On sait que Vincent van Gogh a représenté Marguerite Gachet au piano, mais à notre connaissance, il n'a jamais peint de nu (mais dessiné, oui, comme ce dramatique Sorrow où il représente sa compagne Sien). La suite, dans Dernière lettre à Théo, est intéressante. Vincent recouvre le nu de peinture blanche et peint par-dessus la fameuse Eglise d'Auvers. Le romancier a bien vu ici Vincent van Gogh, le fils de pasteur qu'il était. Le texte montre d'ailleurs, dès le début, que la relation père-fils était centrale et bouleversante dans son ambivalence.

De nombreux livres parlent de Vincent van Gogh. Si vous voulez plus de précisions sur le peintre, voyez la notice de Wikipédia et commencez un long surf fructueux.


Partager cet article

Repost 0

commentaires