Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 22:59

La sculpture de Camille Garand d'hommage à l'Illustre Gaudissart a été victime de vandalisme aux alentours du 26 juin dernier.

 

IMG_5973.JPG

 Une bouteille (pas même du vouvray) a été forcée dans la main droite du voyageur de commerce ; ce faisant, deux de ses doigts ont été brisés.

 

IMG_6305.JPG

En particulier, il n'a plus cet index dressé avec lequel il montrait au monde qu'il savait tout.

La statue, très abimée, avait été restaurée seulement l'an dernier. Ce blog en a parlé. Les travaux avaient coûté cher à la Mairie, et le sculpteur, finalement documenté sur le monument, notamment par la vieille carte postale, avait fait de son mieux. La pierre tendre rendait sûrement la sculpture fragile.

Les Archives départementales nous montrent que déjà en 1943, ce doigt avait été cassé par des enfants qui s'étaient dénoncés (et les parents avaient payé la réparation). Le sculpteur, Camille Garand, avait écrit dans une lettre : "Epoque terrible, en vérité, où les personnages les plus paisibles, même ceux dont le geste, fixé dans la pierre, exprime plutôt la persuasion que la violence (comme Gaudissart) risquent de recevoir une part des coups que la Bêtise assène chaque jour sur ses victimes." En juillet 1944, le sculpteur avait écrit au Maire de l'époque, Charles Vavasseur, pour lui dire qu'il était urgent d'attendre : "Je crois le moment mal choisi pour effectuer les travaux de réfection et de nettoyage du monument."

Les circonstances sont aujourd'hui beaucoup moins dramatiques. La Bêtise est toujours là. 

Gaudissart ne donnera plus de leçon car il restera probablement mutilé.

Gaudissart ne rit plus. Et nous souffrons tous avec lui, merveilleuse icône vouvrillonne.

 

BC

Partager cet article

Repost 0

commentaires