Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 21:21

Tout le mois de novembre la BMV a présenté à ses lecteurs une exposition sur Charles Bordes, annoncée dans ce blog.


Beaucoup de gens se sont attardés sur les origines vouvrillonnes, avec cette gravure des années 30 représentant une Bellangerie disparue, et le plan de la commune, extrait de la brochure de Chauvigné, dont nous célébrons aussi le centenaire. L'Association "Les papillons blancs", qui occupe le domaine où est né Charles Bordes a continué une tradition musicale en créant, il y a quelques années, le festival "Bel ange rit". On comprend, en regardant la carte, les erreurs sur le lieu de naissance de Charles Bordes, car nous sommes en limite de la commune de Vouvray, et le domaine s'étendait sur Rochecorbon avec ses dépendances des Souchots. En plus, anciennement, la Bellangerie dépendait du fief de Rochecorbon, c'est ce que nous apprend l'exposition. N'empêche que le compositeur est bien né à Vouvray, dont son père, Frédéric Bordes, était le Maire sous le Second Empire.

L'exposition propose de nombreuses images, dont beaucoup proviennent de La Tribune de Saint Gervais, le bulletin de la Schola Cantorum. Par conséquent, c'est surtout le pédagogue de la musique liturgique qui est présenté, mais pas seulement. On peut voir le manuscrit écrit par Charles Bordes d'une mélodie basque ; c'est une composante essentielle de son œuvre. Nous avons ajouté un 12e panneau à l'exposition, sur le compositeur, autour de la partition d'une mélodie. C'est trop peu, mais c'est là pour infléchir les réflexions du visiteur.

La BMV prévoit de réaliser une plaquette reprenant ces poèmes – certains très connus, d'autres tout à fait mystérieux (vous connaissez Maurice Bouchor ? et Jean Lahor ? et Léon Valade ?) – qui ont inspiré le compositeur.

La plaque de l'église Saint Gervais à Paris, fait naître Charles Bordes en 1867 et non en 1863. Peu importe. Le portrait, de profil, est particulièrement fidèle aux photos que nous avons, alors que le médaillon dans le monument de Vouvray se trompe en présentant un barbon. Charles Bordes est mort jeune, à 46 ans. Le sculpteur, Médéric Bruno, n'avait pas la documentation adéquate, c'est évident. Le monument de Vouvray est par ailleurs une grande réussite artistique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires