Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 16:02

Ici, on ne parlera pas de l’Heure du conte, telle qu’elle est vécue à la bibliothèque, mais de la Nouvelle République. A l'occasion de l’envoi d’un projet de communiqué, le Secrétaire de l'ALV a reçu une savoureuse leçon de typographie, provenant de D.P.

Elle date du 12 mars 2008. La voici, tous peuvent en profiter. En cette fin d’été 2009, nous pensons à ces difficultés du journal qu’un plan social drastique veut résoudre. Cette leçon de modestie donnée avec humour nous parle de ceux, qui par leur travail, font "le" journal.

 

La rédaction NR a bien reçu votre proposition d'article avec vos recommandations sur l'emploi des majuscules. Malheureusement, nous ne distribuons pas de gratifiantes majuscules comme des bons points aux bons élèves, les cancres devant se contenter d'infamantes minuscules. En fait, l'emploi de la majuscule obéit à des règles typographiques très strictes, codifiées depuis fort longtemps.

Ainsi, pour reprendre vos exemples:
- heure: l'emploi de la majuscule s'impose ici, s'agissant du nom d'une manifestation parfaitement identifiée sous ce vocable;
- conte: en effet, pas de majuscule;
- histoires: il s'agit du titre d'une oeuvre, donc, majuscule obligatoire (ainsi qu'au "Les" qui précède);
- Ours: s'il s'agit bien d'un nom propre, pas de problème, majuscule:
- bibliothèque: nom commun dans son emploi courant, donc pas de majuscule;
- municipale: adjectif qualificatif, pas de majuscule.

Vous obtenez donc la note de 2 sur 6, soit 6,66 sur 20.
Mais au fond, l'important n'est-il pas que des minuscules, ensemble, peuvent faire de grandes et belles oeuvres, alors qu'une majuscule, à elle seule, ne peut rien!

Cordialement.

 


Pour l'illustration, merci au "Minneapolis College of Art and design".

 

 

B

Partager cet article

Repost 0

commentaires