Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 10:31



Ce roman, non traduit en français, se passe en grande partie à Vouvray. Le titre signifie "Le mariage des ennemis". Il a été publié en 1947.

La bibliothèque lui a rendu hommage (voir Les Liserons, n°16, octobre 2007), et ce n'est pas fini.

Ici, la conférence d'Ingo Fellrath du 19 octobre 2007.

Si vous comprenez l'allemand, voyez le site de la Fondation Stefan Andres, et bien sûr la notice dans Wikipedia.
La République Fédérale lui a consacré un timbre poste en janvier 2006, pour le centenaire de sa naissance :



Voici, pour ce billet, un passage sur notre rivière, la Cisse.

 

Es war der Augenblick, da ein Baum seinen klarsten Umriß erhält, in seiner Mitte aber und in allen Einzelheiten keine Zeichnung und keine Farbe mehr aufweist. Jene Büsche, die nicht gegen den Himmel sich abhoben, zerflossen, und alles an der Erde Wachsende war pelzig geworden, grau, kaum noch als grün erkennbar. Und durch den hauchzart aufsteigenden Nebel floß die Cisse.

 Stefan Andres, Die Hochzeit der Feinde, 1947




C’était l’instant où la silhouette de l’arbre est la plus nette, mais en son milieu, les détails n’ont plus de contours ni de couleur. Les silhouettes des buissons qui n’atteignaient pas l’horizon se fondaient, et par terre, tout ce qui poussait était devenu cotonneux ; la couleur verte était à peine perceptible. La Cisse coulait à travers une brume délicate qui se leva.

(Le Mariage des ennemis, traduction Ingo Fellrath)



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires