Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 14:07

La BMV a pris l'habitude de proposer à ses lectures une ou deux des "Mille Lectures d'Hiver" (MLH) que la Région Centre organise. Ces MLH avaient lieu naguère du 1er novembre au 31 mars, mais les crédits ayant diminué, elles ne commencent que le 1er janvier.

 

Pour compenser ce déficit, un de nos lecteurs, Bernard Cassaigne, membre fondateur de l'ALV, propose cette année à la BMV, "Une lecture d'Hiver" (ULH). On souhaite que cela continue les autres années.

Une lecture...

Samedi 19 novembre, environ vingt personnes se sont retrouvées à la Bibliothèque pour écouter Bernard nous lire sa propre traduction du roman de David Cirici (né en 1954), Le baron et la lépreuse, publié en 1999 en catalan. C'est justement le problème, car la traduction française de ce roman n'est pas encore publiée, et les auditeurs ne peuvent pas connaître la suite et la fin, la lecture n'ayant porté que sur la moitié.

Une lecture...

David Cirici situe son roman à Barcelone en 1652. Le baron de Torrella, blessé à mort par un coup de feu à la tête, "voit" son cerveau remplacé par celui de Gaireta Pou, lépreuse au stade terminal qui n'a plus que le cerveau de vivant. Il faut que le baron vive, car c'est un important mécène de l'hôpital. L'opération, mené par un génial chirurgien, Gabriel de Montcada, aussi extraordinaire que cela paraisse, réussit. Gaireta a désormais "l'usufruit" du corps et de la situation sociale du baron.

Une lecture...

Le baron et la lépreuse est donc d'abord un roman de science-fiction, mais c'est aussi un roman historique. A l'arrière-plan, nous avons la Catalogne de la 2ème moitié du 17 siècle : Barcelone assiégée par les Espagnols, en guerre contre les Français (ce qui aboutira au Traité des Pyrénées en 1659), la peste, la cité en plein développement où les laideurs du passé côtoient un grand raffinement, la pauvreté, la prospérité ( et d'abord celle du baron de Torrella).

 

Le nouveau baron Torrella doit tout apprendre de ce monde et le roman nous montre comment il s'y prend pour vivre et agir. Son changement est perceptible pour tous; il est mis sur le compte de la balle qui l'a atteint; pour Elisenda, sa femme, c'est un miracle de Sainte Lucie. Est-ce la victoire du bien? Ce roman nous laisse devant ces interrogations.

Après la lecture, le travail de l'auteur est présenté et certaines oeuvres rapidement résumées. Ainsi Le squelette de la baleine (1986), roman de science-fiction pour les adolescents ou Molsa (2013), petit roman sur la guerre pour les enfants de plus de 10 ans où le chien Molsa (Mousse en français) est le héros principal, sans que la dureté du réel soit escamotée.

Un roman récent de David Cirici, pour adulte celui-là, Le voleur de Guernica (2015), est brièvement présenté. Il attend lui aussi sa traduction. L'auteur nous parle de l'art du 20ème siècle, Picasso et Miro, et y mêle la fiction. David Cirici y est particulièrement sensible, influencé par son père Alexandre Cirici (1914-1983) qui était un historien d'art influent.

Partager cet article

Repost 0
Texte Bernard et André et photos André - dans Animations
commenter cet article

commentaires